Le Président Félix Antoine Tshisekedi embourbé entre le marteau et l'enclume.

Image de l'article


Le Chef de l'État, Félix-Antoine Tshisekedi a présidé une réunion au format inter-institutionnel, le 01 août 2022, autour de la réévaluation du plan de retrait de la Monusco convenu en vertu de la résolution 2556.

Cette importante réunion qui s'est poursuivie jusqu'aux premiers instants de ce mardi 02 août 2022 , a connu la participation des présidents des deux chambres du Parlement, du Premier Ministre, des VPM à l'intérieur et aux Affaires Étrangères ainsi que d'autres Ministres.

Les altercations survenues dernièrement entre les casques bleus de l'ONU et la population ayant envenimé la situation sécuritaire et sociale dans la partie Est de la RDC, sont à l'origine de cette réunion.

En rappel, La semaine dernière, des manifestations pour réclamer le départ des Nations unies se déroulaient dans plusieurs villes de l'est de la RDC dont Goma, Butembo, Beni et Nyamilima.

Des installations de la United Nations Mission in the DR Congo - Monusco sur place ont été prises pour cibles. Dix-neuf personnes, dont trois Casques bleus, ont été tuées dans des affrontements entre les deux parties.

Dimanche 31 juillet, c’est un convoi de la Monusco qui forçait alors un poste frontalier avec l’Ouganda. Dans une vidéo de l'incident partagée sur les réseaux sociaux, des hommes dont au moins un en tenue de policier et un autre de militaire congolais s'avancent vers le convoi immobilisé de l'autre côté de la barrière fermée à Kasindi, dans le territoire de Beni.

Après un échange verbal, les présumés Casques bleus tirent des coups de feu avant d'ouvrir la barrière et de franchir le poste. 

Si un départ de la Monusco semble aujourd’hui peu probable au vu du contexte de crise avec le M23, son essoufflement est remarqué par beaucoup alors qu’il s’agit de la plus grande mission de maintien de paix de l’ONU avec un déploiement de plus de 20 000 soldats et un budget de plus d’un milliard de dollars.